J’ai quelque chose à dire et je vais vous le chanter

Édition réalisée pour le spectacle « J’ai quelque chose à dire et je vais vous le chanter ».
Travail en collaboration avec Frédérique Cesselin & Bernard Friot.

Book for the show « J’ai quelque chose à dire et je vais vous le chanter ».
Work in collaboration with Frédérique Cesselin & Bernard Friot.

Lien vers le site / http://laboratoire09.canalblog.com/

Spectacle : Le Centre d’éveil aux Arts de la Scène a enchanté le Théâtre Musical
Une si belle façon de dire« J’ai quelque chose à dire et je vais vous le chanter », c’est la parole authentique et très justement distanciée par l’expression artistique des enfants et des adolescents du laboratoire. Ce centre d’éveil aux arts de la scène si intelligemment implanté à la maison de quartier de Planoise depuis 2009. Un spectacle fruit de deux ans de travail ou plutôt d’apprentissage du collectif et de la différence. Mais travail cependant, d’écriture avec Bernard Friot, du chant avec Frédérique Cesselin, également directrice musicale et artistique, travail du théâtre, de l’improvisation, de l’art du mouvement avec Loïc deschamps, Jérôme Lefebvre et Lulla Chourlin. Le Fanfareduloup Orchestra a signé la mise en musique des textes et Christophe Forey l’habillage lumière de ce spectacle éblouissant d’énergie, de naturel et de maîtrise. Travail donc, mais dans l’expression consacrée le fruit est plus important encore. Maturité, couleur, saveur, ce spectacle est une pépite. Inattendue et pétillante promesse d’avenir.« J’ai quelque chose à dire », ce sont d’abord les propos d’ados et d’enfants, auxquels Bernard Friot a prêté force et intensité. Les chanteurs revendiquent « J’ai 9 ans et je veux être libre », menacent « J’ai 16 ans et terriblement envie de vous découper en rondelles », préviennent »J’ai 17 ans et je suis amoureuse », constatent « J’ai 18 ans et ce n’est pas ma faute ». Toute la gamme des sentiments qui bousculent, affirment, doutent, sont ainsi mis en scène. Les cubes de bois sont les murs et les bans de la rue, la banquette de la chambre, la prison et le piédestal des sentiments contradictoires parfois, ardents toujours. Alors les musiciens impétueux et généreux, soulignent et amplifient la fluidité des corps sur scène. Chaque mouvement ici donne de la puissance et de la véracité aux paroles en chorale, en duo, en canons.Aux adultes qui les regardent, les jeunes disent leur premier pas dans la vie, les faux pas et les élans et cet appétit diablement contagieux qui les aidera à grandir bien au-delà de la scène. Catherine Chaillet.
poney-m studio

poney-m studio

poney-m studio

poney-m studio

 

 

 



Les commentaires sont fermés.